Vous pouvez appeler 0262 73 04 00

  • plitch

  • Nadānta नदान्त

    Nadānta, [1]

    Les dieux se cachent au fond de mes oreilles,
    Attendant patiemment que cessent les injures,
    Lorsque les prétentions dépassent la nature
    Et que les sons soudains salissent l’état d’éveil.
    Suis fait de leurs soupirs quand ils baissent la garde,
    Et porte à leur place le sens de leurs missions.
    Suis le lacet qui tient leur désinvolture,
    Suis bitume brûlant qui ramollit leurs gonds.
    Je tisse à leur insu les longs phrasés d’écoute
    Qui deviendront peut être colliers en leur rond
    D’épaule, de clavicule, quand ils perdront le doute,
    Qui deviendront mémoires, quand ils perdront mon nom.
    « J’autisterai » toujours leurs vulgaires manières
    Quand ils n’écoutent point le papillon qui va,
    Quand ils n’entendent pas comment coule la sève,
    Ecrasant les tulipes de mon jaune horizon.
    Mes mèches sont grisées d’avoir tant essuyé
    Les vapeurs de mes mots pleins de sucre et de sel,
    Lors des longues soirées, où indissolublement,
    L’espoir devient savant d’un espérant rituel.
    J’oriente vers le nord les patientes offrandes,
    Et laisse les gens fous lacérer mon dos blanc.
    Le foyer de mon feu invisiblement grand,
    Offre à l’innocence les bruits secs des poltrons.
    Dans l’empirique monde où il nous faut passer,
    Le venin coule à flots à chaque coin de vie.
    Dans l’audace des cieux, il devient le secret
    Des divines expériences quand on le rend gentil.

    Auteure : Jaya Yogācārya
    © Nelly JOREZ Centre Jaya de Yoga Védanta la Réunion

    Get Adobe Flash player

    [1Titre : Nadānta [nada-anta] नदान्त sanskrit.
    Dans la mythologie Hindoue, Nadānta est la danse cosmique de Śiva-Naṭarāja, qui fait « cesser le bruit » de l’univers lors de sa dissolution finale.



    Laissez un message